« Terrains désignés » [portfolio]

mercredi 9 juin 2021

Au mot de « gitan », les clichés du « moustachu à la guitare » ou de « l’enfant pieds nus à la cigarette » surgissent. C’est sur ce terrain que de nombreux artistes comme Koudelka, Mathieu Pernot ou Alain Keller ont fait leurs armes. Le photographe Valentin Merlin a choisi d’en prendre le contre-pied : personne sur les photos. Des murs, des palissades, des barrières, du barbelé, du béton : c’est ce qui constitue les « aires d’accueil ». Il nous dit par ce travail, avoir « voulu construire une archive de “l’encampement” des gens du voyage en France, mais aussi fabriquer des preuves ». Preuves que l’administration assigne à résidence des citoyens français dans des lieux hostiles à toute forme de vie. Si la photo peut accompagner les luttes voyageuses, c’est en montrant que les autorités locales du Petit-Quevilly, de Saint-Germain-en-Laye et de Marseille forcent des familles à vivre dans des zones à haut risque industriel. Au fil de cette série, commencée en 2015, on peut saisir pourquoi certains voyageurs appellent ces aires d’accueil des « terrains désignés ». Subissent-ils pour autant ces lieux ? Il n’en est pas question : ils les apprivoisent et les combattent aussi. Parfois, on aperçoit le « bureau » – le lieu du pouvoir – brûlé. Ou encore des restes de morceaux de barricades. Luttes silencieuses, mais visibles.

Voir en ligne : de Ballast

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.